FC150 - AUSSI BELLE
It Could Be The End

"Je connaissais déjà les qualités remarquables de Sal en tant que bassiste. J’ai pu aussi apprécier ses qualités d'être humain. Mais cette séance d'enregistrement a été pour moi l'occasion de découvrir le compositeur et aussi l'exceptionnel leader qu'est Sal. Il a un style d'écriture qui lui est propre et il a choisi pour cet enregistrement des musiciens capables de mener à bien sa vision. Cette expérience a été une pure joie. C'est l'un des disques dont je suis le plus fier!" Dans la bouche d’un musicien comme Jacques Schwarz-Bart, ce genre de déclaration vaut son pesant de cacahuètes. Salées, bien sûr. Jacques-a-dit style d’écriture propre : that’s it.

Au-delà des qualités individuelles des musiciens qui participent à l’aventure, It could be the end révèle avant tout un univers personnel, cohérent et – si ce mot a encore un sens – moderne. Un univers aussi radicalement jazz que radicalement distancié d’un mainstream dont Sal La Rocca fut longtemps un défenseur acharné voire exclusif. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et Sal La Rocca est tout sauf un imbécile.

Soucieux à ses débuts de ne pas brûler les étapes et de prendre les cordes par les racines - Ray Brown, Paul Chambers – le plus pirate de nos contrebassistes (ou l’inverse) entreprend depuis quelques années une quête aussi passionnée qu’inattendue. Une quête qui nous fait découvrir un musicien bien différent de l’image du sideman bop, partenaire de Steve Grossman, Jacques Pelzer ou Bob Mover. Se souvenant peut-être de ses lointains débuts teintés de rock, Sal La Rocca s’entoure pour ses projets personnels, de guitaristes ayant une approche de l’instrument qui mêle énergie et sonorités rock et improvisations jazz (Peter Hertmans et Jacques Pirotton dans le précédent album, Latinea, et le jeune Lorenzo di Maio dans ce deuxième opus).

Le style d’écriture dont parle Schwarz-Bart génère une forme de « fusion » évidemment plus proche de Scofield ou de Brecker que de la soupe californienne, une fusion où binaire et ternaire se donnent le baiser sur la bouche, une fusion où le remplacement de la basse électrique par la contrebasse change radicalement la donne. Le background profondément jazz du leader (comme celui de Pascal Mohy ou de Hans Van Oosterhout) fait le reste.

Bilan : un album singulier qui se décline au pluriel et se conjugue au présent, au passé et au futur ; un disque de jazz contemporain en forme de voyage avec, à chaque étape, une chanson à fredonner et des solistes de haut vol à suivre dans leurs pérégrinations harmoniques et rythmiques. Soyons justes : un disque signé par un bassiste-leader ressemble souvent comme deux gouttes d’eau à un autre disque signé par un bassiste-leader : comme une lourde revanche sur le statut d’accompagnateur – plein feu sur le bassiste, à moi tous les thèmes, tous les premiers chorus, les codas... Ce second album de Sal La Rocca évite habilement le piège : seul l’univers compositionnel (Crescent excepté) est l’œuvre exclusive du leader, pour le reste, l’équilibre est impeccable et chaque musicien sort grandi de l’aventure. It could be the end ? Nenni valèt, répondit l’écho !
JPS, Maison du Jazz

 

TELECHARGER LA REVUE DE PRESSE

 

"(...) maestria et jubilation, on n'hésite pas à qualifier le résultat de "très bon disque contemporain". (...) une irrépressible montée de joie intellectuelle et la montée du plaisir dans le corps." Bruno Pfeiffer, SO JAZZ

" (...) un coup de maître, un album inespéré, attendu, magnifique. (...) Cet album vient à point pour réjouir quelques vieux blasés !" Jean-Marie Hacquier, JAZZ HOT N°660

" (...) L'album est lumineux et extrêmement bien balancé. (...) Un véritable disque de jazz actuel qui mêle le passé et le présent (...) Il y a du swing, du groove, de la force et de la tendresse. (...)" Jacques Prouvost, JAZZQUES

" (...) un jazz bien rythmé, classique et audacieux à la fois (...) de jolies compositions vigoureuses. SLR a désormais toute sa place au panthéon des créateurs belges. Une référence en quelque sorte." Etienne Payen, CITIZEN JAZZ


BOOKING BELGIUM
Squelard Bertrand
Boulevard de la constitution, 2
4020 Liège
+32(0)499/ 27 49 84
sallaroccabooking@gmail.com

BOOKING FRANCE
Evelyne MERLIER
+33 (0)6 42 40 55 77
evelynmanagement@gmail.com