Arrivée la semaine dernière d'Haïti, Tamara Suffren débute aujourd'hui l'enregistrement de son tout premier album en collaboration avec Pierre Vaiana pour IGLOOMONDO. Une rencontre entre une chanteuse d’Haïti et des musiciens de jazz belges, entre la langue créole et un jazz métissé:

Ecoutez déjà quelques titres ici.

Pierre Vaiana est connu pour ses multiples collaborations avec l'Afrique (Foofango), il se tourne ici vers les Caraïbes pour faire le lien entre rythmes africains et jazz, en invitant la fabuleuse chanteuse Tamara Suffren qui à travers sa voix et son répertoire, dans cette magnifique langue créole, cristallise le langage commun entre ces musiques clairement apparentées.
La jeune chanteuse de Port-au-Prince chante en créole et en français des chansons qui parlent simplement de la vie et de l’espoir. Sa voix chaude et profonde nous transporte dans un univers musical nouveau, entre jazz créole, rythmes chaloupés, blues universal et chanson.

Tamara Suffren chante depuis l’âge de cinq ans, et n'a jamais cessé de se perfectionner et de s'ouvrir à de nouveaux horizons. « La chanson fait partie de ma vie. J’ai grandi en chantant et en écoutant la musique de tout genre, en passant par le jazz, la chanson française traditionnelle et surtout le gospel. Chanter est ma passion, mon passe-temps, un devoir quotidien. La chanson pour moi c’est une orchidée qu’on doit nourrir tous les jours, un enfant à allaiter à chaque instant. »

En 2011, elle suit les cours de l'Académie internationale d'été de Wallonie (AKDT) grâce à une bourse de Wallonie-Bruxelles International (WBI). Elle y rencontre également des artistes d'influences et d'horizons les plus divers. C'est la première fois qu'elle reçoit une telle formation. Une formation qui lui amènera beaucoup d'inspiration et d'ouverture. C'est à l'AKDT que ce projet est né et que Tamara a rencontré les autres musiciens.

Dès qu’ils l’a entendue, Pierre Vaiana a immédiatement décidé de l’inviter pour ce projet de rencontre. Ce qui était au départ une simple démo, va devenir un disque à travers une résidence en création soutenue par WBI dans le cadre du projet EWA AYITI. L’objectif du projet EWA AYITI est de créer de nouvaux partenariats entre acteurs et opérateurs culturels d’Haïti et de Wallonie-Bruxelles en invitant des artistes haïtiens à rencontrer le public de la Wallonie et de Bruxelles et en offrant un accompagnement en termes de formation aux acteurs et opérateurs culturels haïtiens.