"Etouffer les violences du monde par la musique." Derrière la mue musicale que Kel Assouf a opérée au cours des dernières années, et dont on prend toute la mesure avec son second album Tikounen, il n’y a pas que des raisons artistiques. Certes, le chanteur nigérien à la tête du groupe et qui a grandi en Libye avant de débarquer à Bruxelles en 2006, a voulu réorienter son répertoire en lui donnant des accents rock et revendique l’influences de groupes comme Arctic Monkeys ou encore Led Zeppelin. Mais "l’idée, c’est aussi que ça résonne plus fort que les missiles et les roquettes", veut croire Anana Harouna, le fondateur et l’âme de Kel Assouf.

Bertrand Lavaine // RFI

Lire l'article entier...

Ecouter l'album...