Damien Hurdebise

Originaire du village de Sart-lez-Spa dans les Ardennes, Damien commence très jeune l’étude du piano et de l’écriture musicale. Après de brillantes études à l’Académie de Spa, il entre au Conservatoire de Musique de Liège en 1987 où il étudie pendant 7 années. Il se dirige plus précisément vers la composition, très impressionné par la rencontre de musiciens d’exception tels que le pianiste Marcel Comminotto ou encore le tromboniste américain Garret List, tous deux professeurs au Conservatoire, qui le guident et l’encouragent fortement.

Mais Damien est très attiré par la chanson française et décide de rentrer aux Ateliers de la Chanson de Bruxelles pour apprendre le métier de la scène. Claude Semal y est alors professeur et Damien est très touché par la sensibilité et la sincérité du personnage qui deviendra une référence pour lui, surtout au niveau de la qualité et de la justesse des textes. Damien commence à écrire son propre répertoire, poussé et encouragé par Martine Kivits et Jean-Luc Fafchamps. En 1998, il remporte le premier Prix du Concours « Belle à chanter » à Mons, ainsi que le prix Edmond Lefebvre –RTBF- et le prix des Francofolies de Spa. Les concerts s’enchaînent en Belgique (Francofolies de Spa, premières parties de Serge Lama puis de Fabienne Thibeault au Théâtre Royal de Mons), et en France (premières parties d’Enzo Enzo et de Kent à Paris). Le répertoire de Damien évolue. Aux chansons intimistes du début viennent se greffer des chansons plus ironiques, impertinentes, parfois féroces...

En 2000, il remporte le Premier Prix du Concours international de Chanson Française « Cap Nord » à Cambrai. Il participe pour la 2è fois aux Francofolies de Spa, en première partie de Thomas Fersen, et fait également la 1ère partie de Nilda Fernandez au Palais des Beaux-Arts de Charleroi. Le besoin et l’envie d’un disque se fait cruellement sentir. Les contacts se nouent avec le label Franc’amour de la Sowarex, et aboutiront en mai 2002 à la sortie de l’album « Tombé quelque part », fruit d’une riche collaboration avec Pascal Chardome et avec le plus Liégeois des Parisiens, Jean-Jacques Nyssen. Entretemps, il participe au célèbre festival de Montauban près de Toulouse et reçoit le prix « Coup de Coeur » de la presse locale au festival d’Avignon. Il est programmé aux Francofolies 2002 en première partie de Louis Chédid et de Robert Charlebois dans la grande salle du Casino, début d’une série de concerts pour la promotion de son album.