Belem & the Mekanics
Leroy Lowe

Leroy est né dans la ferme de ses parents à Pittsburgh en Pennsylvanie en 1944. A la fin des années 50, adolescent ses parents ont déménagé à Washington DC où il jouera dans des groupes locaux. « Chaque dimanche, on chantait à l’église mais le samedi on écoutait la radio, le plus souvent du rythme & blues avec Big Joe Turner, Charles Brown ou Fats Domino ».

Au début, il ne savait rien sur le jazz. A Pittsburg, il avait découvert Charlie Parker et son cousin lui fit découvrir Les McCann, Max Roach tout en lui expliquant les finesses de la musique. Son cousin connaissaient les batteurs les plus illustres de l’époque. Ils étaient invité dans la famille Lowe à chaque passage à Washington. La liste d’invité comportait des noms tels que Art Blakey, Kenny Clarke, Roy Haynes, Philly Joe Jones, Elvin Jones, Buddy Rich et Max Roach.

Quand Leroy eut 18 ans, il commença à prendre des leçons privées tout en pratiquant avec d’autres musiciens. A l’époque, son idole était Tony Williams. En 1964-1965, Leroy étudiant la batterie, le piano, l’harmonie et l’arrangement à la Berklee School of music à Boston. Puis de retour à Washington, il rejoignit quelques formations locales puis partit pendant un an en tournée avec le big band d’Otis Redding. Après cette tournée qui l’avait épuisé, il décida de partir, au hasard quelque part entre la Suède et la Norvège. Il finit par s’installer à Stockholm et joua fréquemment avec des musiciens américains et européens comme Johnny Griffin, Ben Webster, Dexter Gordon, Toots Thielemans et Philip Catherine.

Pendant plus de 30 ans, il fut l’un des batteur les plus couronné de succès en Suède. Il était membre de plusieurs groupe comme Rena Rama, Tommy Koverhult’s Quintet, Equinox…

Il décède d’un cancer à Stockholm en 1999.

(Basé sur un article de Albrekt von Konow dans OrkesterJournalen, Sweden, 2/1994)