Odieu

Pianiste virtuose, chanteur exceptionnel et véritable bête de scène, inclassable… Didier Odieu a connu depuis ses débuts en 81 une carrière chaotique, rythmée par les superlatifs et le cache-cache avec le succès.

Dès 84, il est à l'Olympia, en compagnie de William Sheller; l'année suivante, il est couronné Grand Prix et Prix du public au festival de Spa; puis, en 1986, c'est la consécration : 2 soirs dans un Théâtre 140 comble, triomphes aux Francofolies, Paléo de Nyon, Festival de Québec, etc. Pourtant, une réputation sulfureuse, doublée de textes âpres et sans concessions vont lui bloquer les portes des médias pendant de longues années. Odieu n'en n'a cure, et continue son bonhomme de chemin, celui des écoliers, musardant en chemin…

Plus de 800 concerts, en Belgique, Suisse, Canada, France, jusqu'en Russie, en Lituanie, Slovénie, Colombie ou encore au Kazakhstan ; 3 albums (Odieu Live, Bien loin d'ici, Please217) et quelques singles accompagnent ces 8 années d'errances. En 1995, rangeant ses démons au placard, le « saigneur des planches » repart à Paris, où il enregistre l'album " T'es Qui, Toi ?", encensé par une critique unanime. C'est enfin l'heure de la consécration pour le petit feu follet belge, trop souvent comparé à Brel, Boby Lapointe, Higelin, Vian.

Son écriture moderne, surprenante, lui vaut aujourd'hui de toucher aussi bien les fans de rap que le public traditionnel de la chanson française, établissant un lien unique entre 2 pôles culturels usuellement antagonistes. Tour à tour fragile ou passionné, c'est avec un humour sans fard qu'il démonte les travers de notre société en déviance : individualisme forcené, matérialisme, racisme, paradis artificiels ou cyber-fuite, télé-abrutissement, fatalisme indifférent, Odieu mord à pleines dents dans la pomme blette et en extrait le poison dans un grand éclat de rire salvateur.