William Dunker

Bien connu du public wallon sous le pseudonyme d' «Alfred », William Dunke débute sa carrière de chanteur wallon dans les années ‘80. Après de nombreux concerts, quelques 45 tours et un détour par le théâtre, il revient sous son véritable nom avec un premier CD « Trop tchaud » qui sort en octobre 1997 sur le label Franc' Amour.

William Dunker chante le blues en wallon de son terroir et nous prouve que ces musiques populaires et tellement humaines transcendent bien des frontières. A travers ses compositions originales aux accents d'outre-Atlantique arrangées par Kevin Mulligan, sur des textes wallons d'André 6audftiaubois, il a le désir de défendre une identité wallonne qu'il ressent comme un sentiment intérieur, un cœur qui bat, un témoignage du vécu. On est bien loin des définitions des dictionnaires ou d'un folklore passéiste. Au Midem 98, le producteur québécois Pierre Tremblay a le coup de coeur pour cet artiste belge qui lui rappelle étrangement le Québec. Les racines musicales nord-américaines de William Dunker associées à l'emploi d'une langue francophone de terroir lui font pressentir le chaleureux accueil que lui réservera le public québécois. Pour préparer la sortie québécoise de l'album «Trop Tchaud », il a l'idée de faire découvrir William Dunker en produisant une version québéco-wallonne de la chanson « Djan Pinson». Il réunit autour de lui Patrick Norman, Jeff Smallwood et Bourbon Gautier, 3 artistes québécois bien connus de leur public. L'entente et la complicité sont immédiates et l'association des« Fabuleux Elégants », qui devait n'être que momentanée, se prolonge par la sortie d'un album au Québec. Le Félix du meilleur album country au Gala de I'ADISQ 1998 en poche, le groupe part sur les routes et communique immédiatement au public son entrain contagieux et son sens du spectacle. Les tournées de succèdent à mesure que la demande s'amplifie dans les salles et festivals québécois. 1999 est l'année de la confirmation de son succès.

Au printemps 99, l’album « Les Fabuleux élégants » sort tout naturellement en Belgique sur le label Franc’Amour. Une nouvelle tournée de concerts en Belgique dont les Francofolies de Spa 99 qui le programme sur la place de l'Hôtel de Ville en compagnie d' I Muvrini et de Zucchero. «El mambo dèlloke à rloketêr» puis « Toudi su'l voye » prennent leur place dans les play-lists des radios. L'album« Trop Tchaud » est classé dans les meilleures ventes d'albums de la partie francophone du pays jusqu'à atteindre le chiffre de 15.000 exemplaires vendus fin 99. Le label Franc'Amour lui remettra un disque d'or le 20 mars 2000. Un an plus tard, un nouvel album voit le jour : « Ey’Adon », un douze titres qui affiche une direction musicale plus moderne. En 2003, sort « D’j’inme bén lès fîyes », un deux titres sur lequel on retrouve une adaptation en wallon de « J’aime les filles » de Jacques Dutronc et « I can help » de Billy Swan (Franc’Amour) En 2004, paraît sur le label Franc’Amour son dvd « Asteur c’èst l’show ! », une captation intégrale de son concert au Palais des Beaux-Arts de Charleroi le 14 janvier 2004. En novembre 2007, William Dunker sort un nouvel album ”Ça va bén” (Franc’Amour) avec lequel il sillonera les routes de Belgique, de Wallifornie ou d'ailleurs avec ses musiciens (américains pour la plupart) Comme souvent, il fait de belles rencontres et participe entre autres aux « Night of the Proms » ou il chantera avec Alan Parson, Simple Minds, OMD. John Miles l'accompagnera même au piano sur «Toudi su'l voye» Pour la télévision, il présentera en 2011 une série de 8 émissions intitulées « Couleurs Carolo » qui recevra un Intermedia Globe Silver Award au World Media Festival à Hambourg. Au théâtre, il joue dans « Les fourberies de Scapin » de Molière. « L'étroit mousquetaire » (création collective) Feue la mère de Madame et Dormez, je le veux de Feydeau.

En 2012, William tient le rôle de Gino dans le film de Pierre Duculot « Au cul du loup » avec Christelle Cornil, François Vincentelli et Roberto D'Orazio e.a. William participe depuis 2009 au tour des “Restos du Cœur belges », équivalent des « Enfoirés » français. Cependant, l'année 2013 sera synonyme de retour aux sources. Il retrouve un complice de ses début, Roberto di Ferdinando qui le pousse à remettre le couvert et à retravailler des nouvelles chansons en wallon. De là, découlera une nouvelle formule mise sur pied par Roberto. Un quartet de multi-instrumentistes. Outre Roberto que l'on retrouve à la guitare, à la basse, au violon et aux chœurs, il y a aussi Patrick Deltenre : guitare, ukulélé, harmonica, chœurs. Marcus Weymaere aux percussions, batterie et William à la basse, guitare et autres joyeusetés. Le William Dunker’s band est né ! Ils rodent cette nouvelle formule ainsi que quelques nouvelles chansons au Comédie Centrale à Charleroi durant le mois de janvier/février 2014 (18 dates sold-out, près de 3500 personnes ont assisté à ces concerts).

En septembre 2014, il sort un nouveau single intitulé “I Faut k’dji m’èvaye” produit par l’artiste electro Sligthlious. Un nouveau son, une nouvelle aventure. Ce single est l’annonce d’un album live (enregistré au Centre culturel de Morlanwelz en octobre 2014) qui sort début de l’année 2015.

 

BOOKING AGENT :

JPR PRODUCTION
Jean-Philippe Rolot
Chemin des meules, 2
08600 RANCENNES
FRANCE
Tél Fr: +33 (0) 6 75 46 65 95
Tél Be: +32 (0) 479 72 64 01