"Aux douze coups de minuit, l’humanité a glissé en 2011. Le début de cette année nouvelle sied particulièrement bien aux musiques dites « du monde ». Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter Makenba, album majeur mis en son par l’inénarrable Majid Bekkas.

À l’heure du grand recyclage et des musiques globales, son disque se pose au carrefour des continents et y jette un regard conscient. Comme un dialogue permanent entre diasporas musicales, Makenba fait feu de tout bois, réchauffant les traditions par le prisme d’une imagination sans frontière.

Orchestré depuis les tréfonds du désert maghrébin par le spectre des musiques gnaouas, le disque opère un chassé croisé entre cultures berbère et arabe, tradition argentine et malienne. Le brassage est atypique, les chansons aussi. Album à l’équilibre déconcertant, Makemba joue la carte de l’osmose perpétuelle : les styles s’imbriquent et fonctionnent systématiquement en contrepoints harmoniques. Magnifique. " (N.A.)

07 février 2011 sowarex

Traduction