Igloo Records depuis 1978.

Créé en 1978, le label IGLOO est issu de cette période d’intense effervescence culturelle de la fin des années 1970, qui a vu émerger des réseaux, des associations, des projets alternatifs, les acteurs qui ont tracé les lignes d’une grande part de la vie culturelle jusqu’à ce jour, et permis entre autres à la musique de jazz de se développer comme elle l’a fait en Belgique.

Si le label Igloo accueille dans un premier temps des productions en marge des créneaux musicaux de masse – poésie sonore, musiques improvisées…- la fusion avec le label LDH au début des années 80 le verra rapidement accueillir ses premières productions de jazz et non des moindres: Chet Baker, Philip Catherine, Jacques Pelzer, Michel Herr, Steve Houben ou Charles Loos, … autant de noms qui ont participé à la renommée d’Igloo non seulement en Belgique, mais aussi à l’international, et lui ont permis de développer son ambition première: devenir une plate-forme pour les futurs talents.

C’est ainsi que le label a mis en lumière la génération de Nathalie Loriers, Eric Legnini, Ivan Paduart, Manuel Hermia dans un premier temps… puis Mélanie de Biasio, Greg Houben, Pascal Mohy, et bien d’autres, jusqu’à, plus récemment, des artistes comme Igor Gehenot, Antoine Pierre ou Jean-Paul Estiévenart qui participent à la nouvelle vague du jazz.

La philosophie du label a toujours été de favoriser la diversité, de permettre aux expressions musicales plus marginales d’être entendues et soutenues dans un contexte musical menacé d’uniformisation. Si le jazz est devenu son principal domaine, le label est resté ouvert aux créations plus « inclassables » en développant sa collection «Igloo+». Il s’est aussi diversifié en intégrant, fin des années 90, des projets issus de rencontres culturelles sous la bannière «Igloo Mondo». Enfin, la chanson française garde une place importante: après les productions du label Franc’Amour dans les années 80 (Maurane, Pascal Charpentier, Claude Semal, Dunker), Igloo a développé le label «Factice» dédié à musique d’expression francophone plus actuelle (Sacha Toorop, Mochélan, Mathias Bressan, Karim Gharbi…)

40 ans donc que le label Igloo enregistre, produit, promeut et diffuse la musique de ses artistes sur les 5 continents !

IGLOO JAZZ

Les premiers enregistrements sur le label de jazz Igloo comprennent Chet Baker et le guitariste Philip Catherine. Mais plus que tout, le label a fourni une plate-forme pour les jeunes musiciens de jazz et de musique contemporaine. Au fil des ans, il a eu le privilège de sortir les premiers albums des pianistes Eric Legnini ou Nathalie Loriers, le vibraphoniste Pascal Schumacher et chanteuse Mélanie De Biasio.
Le label peut se prévaloir actuellement de plus de deux cents enregistrements formant un aperçu substantiel sur trois décennies de jazz en Belgique : avec la génération des Michel Herr, Philip Catherine, Jacques Pelzer, Félix Simtaine, Steve Houben, Charles Loos, Pirly Zurstrassen, l’Ame des poètes, puis celle des Nathalie Loriers, Eric Legnini, Ivan Paduart, Philippe Aerts, Anne Wolf, Manu Hermia, Pascal Schumacher, sans oublier le patrimoine avec la réédition du vibraphoniste Sadi ou les nouveaux talents de la scène jazz : Antoine Pierre, Igor Gehenot, Guillaume Vierset, Jean-Paul Estiévenart et bien d’autres…

IGLOOMONDO

IGLOO Records comporte également un label de musique du monde, IglooMondo, crée en 2005 et dédié aux rencontres et collaborations multiculturelles entre musiciens d’exceptions. Notamment Pierre Van Dormael avec le joueur de Kora sénégalais Soriba Kouyaté, Charles Loos et les Aissawas de Rabat, Mâäk’s Spirit avec les Gnaouas Express de Tanger ou encore Majid Bekkas avec Louis Sclavis et Minino Garay.
Depuis sa création, de nombreux autres artistes l’ont enrichi: Wendo Kolosoy, père de la rumba congolaise, la bassiste ivoirienne Manou Gallo, le Blues Touareg de Kel Assouf, ou l’afro-fusion des Zimbabwéen Mokoomba.

IGLOOMONDO, reste une source de chaleur et d’échanges pour les musiciens d’ici et d’ailleurs.

IGLOO+ ou IGLECTIC (Électro-acoustique, Poésie sonore, …)

De la théorie verbophonic d’Arthur Petronio à la fanfare surréaliste Combo Belge à qui l’on doit le fameux générique de l’émission Strip-tease, IGLECTIC regroupe une série d’Objets Musicaux Non Identifié. Premier studio de musique électronique en Belgique avec Léo Kupper, musique sérielle d’Henri Pousseur, Minable music-hall de Jacques Lizène.

Plus récemment, on peut entendre les enregistrements de L’Ensemble Musique Nouvelles sous la direction de Stéphane Collin avec en invité le guitariste Philip Catherine, du big band Flat Earth Society ou du « seul en scène » de Manu Louis.

Franc’Amour

FRANC’AMOUR, label chanson française « made in Belgium » accompagne de jeunes talents indépendants et privilégie la chanson française d’expression, loin des tendances et des modes. Après Maurane, Pascal Charpentier, Claude Semal, dans les années 80, le label a suivi les pas de Marc Lelangue ou Christiane Stefanski, la chanson pour enfant avec Christian Merveille, puis Jean-Louis Daulne et Balimurphy, et a induit l’essor de la chanson en wallon avec William Dunker (Disque d’Or 2000).

Factice

Le label d’expression francophone d’Igloo Records.

Crée en 2013, toujours fidèle à son engagement formulé il y a 35 ans, la maison de disque IGLOO records ouvre ses portes aux artistes qui montent à contre courant de la production majoritaire. A l’heure où les musiciens quittent nombreux le navire francophile, où la diffusion de la langue française doit s’imposer par quota dans les médias et les festivals, il nous apparaît essentiel de renouveler ce soutien envers la musique et les musiciens d’expression francophone.

Quand le naturel n’est plus à la chanson française, nous posons les bases d’un courant factice.