« L’orchestre de jazz devenu ensemble de musique de chambre distille une mélopée toute en nuances, mais aussi pleine d’énergie, une lumière d’aurore où point l’astre solaire. Plus qu’une lueur d’espoir donc, portée par d’envoûtants crescendos. »

« Une heure de concert pour deux heures de musique, c’est jouer serré, mais Toine et ses amis ne manquent ni d’air ni de souffle. » (Dominique Simonet, La Libre)

Lien