Compositeur contemporain et pianiste en soif d’expérimentation, Walter Hus est, dans les années 80, un des co-fondateurs (et pianiste) du groupe avant-garde Maxi- malist, avant de se lancer dans la création d’œuvre plus classique pour opéra, danse, théâtre et lm. Walter joue parfois seul au piano, mais il collabore aussi beaucoup avec orchestres et ensembles, écrivains, artistes de l’art visuel, dessinateurs, artistes de rock et de techno tout comme des chorégraphes de théâtre, réalisateurs de lms, concepteurs de jeux vidéos… par- mi eux : Rosas Dance Company, Roxane Huilmand, Jan Ritsema, Guy Cassiers, Needcompany, Hybrid Dance Company, Ben Okri, Peter Greenaway, Jozef Devillé, Chris Ware, Tale of Tales, Frederic Rzewski, Fatoumata Diawara, Guo Gan, DJ Push, Peter Krüger, Manu Riche, Spectra Ensemble, Arditti Quartet, Brussels Philharmonic Orchestra et bien d’autres.

En savoir plus


Dès 2000, en parallèle à ses projets, Walter Hus découvre les orgues Decap, orgues et percussions manipulés par ordinateur grâce à une évolution technique très poussée développée par la firme du même nom. Il conçoit alors son propre «Orgue Decap» et compose des musiques de film, opéras et autres morceaux pour la scène. Cet instrument-machine unique permet d’appréhender des lignes de musiques très variées pouvant aussi bien aller vers des paysages sonores psychés que des compositions purement électro/techno. Le Belge participe d’ailleurs, en 2014, à l’aventure du lm-docu « Sound Of Belgium », pour lequel il com- pose une adaptation pour Orgue Decap du cultissime « Universal Nation » du producteur electro trance Push.
En 2015, il reçoit le prix de la « meilleure musique de film 2015 » au festival d’Ostende pour «N-The Madness of reason» de Peter Krüger.

Fermer