« Conçu comme label refuge du jazz belge il y a quarante ans, Igloo Records a élargi son pedigree au fil des décennies et glané des galons exploratoires » (Par Philippe Cornet)

Avec son allure de jeune Eric Clapton, le guitariste Guillaume Vier- set tire des accords jazzyfiants d’une splendide Gibson rouge. La partition flambe sur la scène du théâtre Marni, à Bruxelles. LG Jazz Collective, un nom un rien clinique pour une musique qui ne l’est pas, se produit en cette soirée de mi-septembre 2018 où l’on fête les 40 ans d’Igloo (1). Une célébration pour laquelle Sacha Toorop, chan- teur au CV pop-rock fleuri, rejoint le prodige guitariste et les autres musiciens via un Happy Birthday déjà d’anthologie. Ce soir-là, dans la salle ixelloise, si le jazz reste la colonne vertébrale des deux concerts, celle également du quatuor du trompettiste Jean-Paul Estiévenart, il en prend aussi les dernières tonalités polyglottes. A l’image du batteur Antoine Pierre – présent dans les deux formations du jour – qui remplit l’espace d’une rythmique malléable : on dirait du Dali période montres molles qui durciraient, ou pas, selon les circonstances. (…)

« Igloo, show devant »

Lien