Margaux Vranken - Songbook - Shoutoutla

Entretien avec le magazine américain Shout Out LA (Los Angeles)

Interview by Shoutout LA (USA)

Lien

Trio Grande - Impertinence - JAZZISM

“Le Trio Grande fête ses 30 ans de la plus belle des manières, avec un sixième disque vif, allègre, qui réconcilie pulsion de danse et expérimentations sonores” **** ALBUM CHOC (JF Mondot)

Michel Debrulle, interview by Georges Tonla Briquet (Jazzism, December 2022)

Lien

Fabrice Alleman - Spirit one: Clarity - Jazzism

“Via de ziel, het hart raken” (interview by Willem Jongeleen, Jazzism)

“Via de ziel, het hart raken” (Jazzism, nov. 2022)

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - Jazznews

Hélène Duret, génération Jazz migration

Entretien signé Alice Leclercq

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - Jazzmagazine

Hélène Duret parmi les “Artistes à suivre en 2023” 

Artiste à suivre en 2023

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - Jazzmagazine (HS)

* BEST OF 2022 *

Hélène Duret – Synestet “rôles” sélectionné parmi les 40 disques de l’année – Jazz Magazine HS (dec-janv)

Album “Choc”

Album dans le BEST OF 2022

Lien

Fabrice Alleman - Assisi - CLIP

Clip “Assisi”, extrait de l’album “Spirit one: Clarity”

réalisé par Maël Lagadec

avec l’aide de Sabam For Culture

WATCH ASSISI

Fabrice Alleman - Spirit one: Clarity - Jazzmania

“Le disque n’est pas un hommage à Chet, mais il a été l’étincelle de départ.”

Une interview de Jean-Pierre Goffin dans JAZZMANIA

Interview de Jean-Pierre Goffin dans JAZZMANIA

Lien

Majid Bekkas - Joudour - Le Monde est un village

Majid Bekkas est l’invité de Didier Mélon dans le Monde est un village sur La Première/RTBF (29.11.23)

Lien

Majid Bekkas - Joudour - Mixedworldmagazine

Muzikaal veelvraat Majid Bekkas uit Marokko keert na enkele vrijages met jazzmusici als Louis Sclavis terug naar zijn Afrikaanse roots. Naast de instrumenten die we van hem al gewend waren, zoals ûd, gitaar en gimbri (de basluit van de Marokkaanse gnawamuzikanten), neemt hij dit keer ook n’goni, balafon, kalimba, bouzouki en allerhande slagwerk voor zijn rekening. Partners in crime op dit verrassende album zijn onder anderen slagwerker Karim Ziad, saxofonist en bansurispeler Manuel Hermia en toetsenist Michael Hornek. In het eerste stuk drukt de kora van Mbemba Diabaté een zuidelijk stempel op de muziek, maar meteen daarna volgt de kenmerkende vraag-en-antwoord-zang van de gnawa. Na een wat pompeuze (en overbodige) aankondiging in het Engels stapt Bekkas over op wat hij Marokkaanse blues noemt. In plaats van een wiegende kamelentred horen we een jachtige galop, die wordt voortgestuwd door vurig spel op de rebab (vedel). Ook Desert Swing houdt de vaart erin, terwijl Bekkas zijn elektrische gitaar lekker laat janken en gieren en Ziad trefzekere klappen uitdeelt, onderbroken door een razende solo op darbouka door Mustafa Antari. Bekkas’ plokkende gimbrispel houdt de zaak bij elkaar. Sahara Tnadi biedt Bekkas volop gelegenheid om te schitteren als zanger. Het instrumentale Zagora Palms doet enigszins denken aan de muziek van de Libanese ûdspeler en componist Rabih Abou-Khalil. Niet alleen omdat Majid hier eveneens de Arabische luit bespeelt, maar ook door de complexe ritmische structuur en de fraaie saxofoonsolo van Hermia. Verrassend is Bekkas in de gedaante van singer-songwriter, als hij zichzelf in het melodieuze Mabrate Tessfa gitaartokkelend begeleid. Dan duikt er zelfs even een heus orkest op. Niks voor puristen, dit uiterst vrijpostige en veelzijdige album, maar voor muzikale omnivoren een regelrecht feestmaal. (Ton Maas)

Niks voor puristen, dit uiterst vrijpostige en veelzijdige album, maar voor muzikale omnivoren een regelrecht feestmaal. (Ton Maas)

Lien

Majid Bekkas - Joudour - Telerama

“avec Joudour, il retourne aux sources, l’esprit en fusion (…) fougue et groove au rendez-vous” (Télérama, TTT)

TTT

“fougue et groove au rendez-vous”

Lien

Majid Bekkas - Joudour - le Monde

Irriguée d’influences, à commencer par le groove rythmique entêtant des confréries gnaoua du Maroc et le blues afro-américain, la musique du chanteur et multi-instrumentiste (guitare, guembri, kalimba, n’goni…) marocain Majid Bekkas est un voyage, une fête nomade. Elle porte un souffle de liberté, rayonne de lumière joyeuse, même quand sa voix poignante crie la solitude (Ahia Mhanti, le magique et très mandingue titre d’ouverture, avec la kora de Mbemba Diabaté), ou chante un monde sans paix ni vie sereine (la ballade mélancolique Mabrate Tessfa)Dans cet album paraissant une vingtaine d’années après son premier, African Gnaoua Blues (2001), auquel participait déjà l’éclectique percussionniste Khalid Kouhen, Majid Bekkas s’assure aussi la présence, entre autres, de l’excellent batteur Karim Ziad et de Foulane Bouhssine, qui y fait virevolter son ribab – violon monocorde berbère. S’il fallait hiérarchiser la copieuse production de Majid Bekkas (dix-huit albums à ce jour), Joudour (« racines », en arabe), conçu pendant le confinement, donc impliquant des collaborations à distance, trouverait sa place au sommet. Patrick Labesse

“la musique porte un souffle de liberté, rayonne de lumière joyeuse”

Lien

Trio Grande - Impertinence - CLIP

Le film “Impertinence” réalisé par Lucas Racasse

Igloo Records/ Moyens du Bord Production / Collectif du Lion

avec l’aide de Sabam For Culture

WATCH IMPERTINENCE

Trio Grande - Impertinence - JAZZMAGAZINE (CHOC)

“Le Trio Grande fête ses 30 ans de la plus belle des manières, avec un sixième disque vif, allègre, qui réconcilie pulsion de danse et expérimentations sonores” **** ALBUM CHOC (JF Mondot)

Choc Jazzmagazine ****

Lien

Trio Grande - Impertinence - BX1

Michel Debrulle présente les projets du Collectif du Lion, dont Trio Grande “Impertinence” et la réédition de Trio Bravo dans “Connaissez-vous” sur BX1 (Fabrice Grosfilley)

“Connaissez-vous” sur BX1 animé par Fabrice Grosfilley

Lien

Trio Grande - Impertinence - Dragonjazz

Tout ça respire l’effronterie, d’où le titre de l’album, Impertinence, subtilement symbolisé par trois grands échassiers en vadrouille s’élançant sur un piétonnier alors que le feu « piéton » est au rouge (la musique sur le morceau éponyme semble par ailleurs évoquer les discussions animées de ces trois volatiles à la Disney qu’on imagine passablement éméchés). Mais c’est aussi enjoué, imprévisible et, surtout, très drôle. Vingt-huit ans après leur premier album éponyme, le Trio Grande revenu à son format de base n’a rien perdu de sa vitalité, de sa fantaisie et de son aptitude naturelle à tout emporter dans un grand élan de sonorités festives. (Pierre Dulieu)

“Tout ça respire l’effronterie”

(Dragon jazz, Pierre Dulieu)

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - Jazzmania

Un line-up qui ne manque pas d’exciter l’écoute. Et c’est bien le cas avec ce disque dans lequel on apprécie le sens mélodique des compositions, toutes de la clarinettiste sauf « La mesure du possible » de Sauzereau et « Mouillette », une pièce improvisée par le guitariste et le batteur. Une pièce en duo pour ouvrir l’album, une autre pour le clôturer. La mise en place est, elle aussi, soignée et réfléchie, avec une volonté de mettre en avant les membres du quintet. Car c’est là l’un des intérêts de l’album : on n’a jamais l’impression d’entendre un quintet de jazz, tant les parties des solistes s’intègrent avec le raffinement d’une musique de chambre. « Hier » est une petite merveille de composition, tout comme « Reine sous terre ». Le solo de Fil Caporali sur « Pas de Signal » est lui aussi un grand moment de sonorité douce. Car si l’album brille par ses compositions et l’agencement des morceaux, le son d’ensemble est lui aussi prenant de bout en bout, preuve sans aucun doute du travail d’équipe que le projet a développé. Quant à la « directrice » – prendre une direction, une esthétique – du projet, on aurait pu imaginer chez elle l’influence des grands clarinettistes français (Sclavis, Kassap, Portal), mais c’est plutôt du côté de Jimmy Giuffre qu’elle a puisé son sens de la mélodie, de la pureté du son et du mouvement dansant (la danse, un art qu’elle a par ailleurs pratiqué).” (JP Goffin, Jazzmania)

un disque à se procurer sans hésiter!

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - Jazzmagazine

* CHOC JAZZMAGAZINE *

Il est rare que l’exigence formelle coïncide avec une intensité de tous les instants. Cette alliance fragile, on la trouve dans le deuxième disque du quintette de la clarinettiste Hélène Duret” (Jean-François Mondot, Jazzmagazine)

Il y a dans ce disque une profondeur et une urgence poétique qui se ressentent à chaque morceau

Lien

Hélène Duret - Synestet - Rôles - LE SOIR

Dès les premières notes du premier morceau, « Le bonnet », on sait que cet album sera mystérieux. Ce duo clarinette-saxophone est assez énigmatique que pour susciter la curiosité de l’auditeur. La suite ne le décevra pas. Tout ici est à la fois simple : mélodies claires, harmonies aussi. Et inattendu : la manière de positionner la guitare par exemple, les solos de sax ébouriffants, les percussions inventives, le groove de la contrebasse, la cha- leur hermétique de la clarinette. Le tout enve- loppé d’une ironie amu- sée, comme si Synestet nous faisait un clin d’œil. Voilà un album inouï, dans le vrai sens du terme : comme on n’en a pas encore entendu.” **** LE SOIR, JC Vantroyen

“Un album inouï!” (Le SOIR)

Lien

Guillaume Vierset - EDGES - Jazzques

Et ça part aussitôt en garage rock psyché. Le Nord Stage 2 et la guitare hurlent et se frottent. La batterie tape sec, la basse bourdonne. « First Round » (tiré de l’album « The End Of The F***ing World », tout un programme !) puis deux morceaux sans noms mettent le feu. Toutes les influences citées plus haut nous reviennent en pleine face. Autant dire qu’on ne s’ennuie pas une seconde et qu’on voyage ! Tout est possible, rien n’est interdit et chaque musicien défie l’autre pour aller toujours plus haut et plus loin. Ça joue ! (Jacques Prouvost)

Deux sets intenses d’un cocktail musical sulfureux, ça fait du bien par où ça passe. (J. Prouvost)

Lien

Manuel Hermia - Freetet - Jazzpodium

Und es klingt, als wurzele es tief in der Harmolodik des Ornette Cole­ man Quartet der 1960er-Jahre, mit den entsprechenden Mög­ lichkeiten zur libertären musi­ kalischen Kollaboration, aber modernisiert durch viele formale Neuerungen. Und man kann schon sagen, dass Flermia die­ ses Konzept erfolgreich reali­ siert hat. Es gibt keine Beliebig­ keit, kein kollektives Powerplay in dieser Musik, die damit einer Pseudofreiheit, einer Pseudoin­dividualität entsprechen würde – alles ist wohlgeordnet durchs Arrangement, das alle mögli­ chen Abstufungen zwischen Balance und Nichtbalance, zwi­ schen Plan und Freiheit zulässt. Und genau das macht den Reiz dieser Musik aus. (Benno Bartsch)

Lien

Manuel Hermia - Freetet - Jazzthing (Juin)

Auch der Stil wirkt historisch, ein Hauch von Mingus, etwas Ornette, die Phase mit Don Cherry im Quartett. Und sogar die Attitüde knüpft an die Ära der Befreiung an.

Lien

Manuel Hermia - Freetet - L'AVENIR

Hommage au free jazz et à la liberté de parole, le « Freetet » s’inspire de la tradition sur de nouvelles compositions. Brillant !

“Loin d’être inaccessible, la musique du Freetet est exaltante et belle de bout en bout.”

(JP Goffin)

“Freetet : Manu Hermia et le sens du collectif” (entretien avec JP Goffin, L’avenir, 29 janvier 2022)

Lien

Manuel Hermia - Freetet - Jazzthing

“Für ein klangabenteuer wie dieses gibt es ein passendes Wort: libertär!”

Lien

Lorenzo Di Maio - ARCO- Live at Flagey - The End at the beginning

Le 10 septembre 2021, Lorenzo Di Maio présentait son album et nouveau projet ARCO.

The End at the beginning”, seconde  vidéo extraite de ce concert release.

Lorenzo Di Maio guitar / Sam Gerstmans double bass / Antoine Pierre drums  & FX

Ensemble UFO : Maritsa Ney violin / Martin Lauwers violin / Marie Ghitta alto violin / Merryl Havard cello

arrangements Fabian Fiorini

 

photo vignette © Didier Wagner

WATCH "The End at the beginning" LIVE AT FLAGEY

Lorenzo Di Maio - ARCO- Live at Flagey

Le 10 septembre 2021, Lorenzo Di Maio présentait son album et nouveau projet ARCO. “No more Samba”, première vidéo extraite de ce concert de présentation.

Lorenzo Di Maio guitar / Sam Gerstmans double bass / Antoine Pierre drums  & FX

Ensemble UFO : Maritsa Ney violin / Martin Lauwers violin / Marie Ghitta alto violin / Merryl Havard cello

arrangements Fabian Fiorini

WATCH "NO MORE SAMBA" LIVE AT FLAGEY

Manuel Hermia - Freetet - Le SOIR

” c’est bien la liberté de chacun des musiciens qui est ici mise en avant. Mais ne craignez rien : ce n’est pas du tout inaudible. N’hésitez pas, soyez impavides et foncez. Ecoutez « Serial Joker », c’est facile et exaltant. « Schisms » est sans doute plus ardu, mais « Ze Theme » et « Hidden Codes » sont enthousiasmants. Et le reste suivra, naturellement, jusqu’à cette super-version du « Temps des cerises ». Et vous serez si heureux que vous reprendrez le disque au début. Tant les musiques et les musiciens sont incroyables. (JC Vantroyen, LE SOIR)

“Trouver l’équilibre entre l’ordre et le chaos”

Entretien avec JC Vantroyen dans Le SOIR, 8.02.22

Lien

Guillaume Vierset / Harvest Group - Lightmares - Le SOIR

“C’est un jazz pop plein d’atmosphère qui sinue entre rêve et réalité, qu’on écoute comme un rêve éveillé et qui suscite en nous des images oniriques tantôt sereines tantôt mystérieuses.” (Le Soir, JC Vantriyen)

“Je veux le musique la plus vivante possible” (entretien avec Jc Vantroyen, Le Soir)

Lien

Guillaume Vierset / Harvest Group - Lightmares - Le Vif/Focus

Guitariste acide, blindé de jazz, de rock et d’effluves psyché, le compositeur Guillaume Vierset est l’un des musiciens belges importants de l’époque. Y compris sur le 3ième album de son Harvest Group, Lightmares

(Focus/ Vif, rencontre avec Philippe Cornet)

“le fils de 1987 amène la lumière dans le sillage d’une six cordes jazz allumée au rock et aux multiples trouvailles sonores aux effluves acides. En compagnie sur ce troisième opus, joliment titré “Lightmares”, d’une bonne dose d’onirisme et d’ambiances “entre chien et loup”.

(Philippe Cornet, Le Vif/ Focus)

Lien

Thomas Champagne - Tide - New York City Jazz Records

“Tide is a singular achievement, an utterly unique quintet album filled with strikingly original music” (New York City Jazz Record, Février 2022)

“The quintet’s sounds heavily weighted by often rock-resonant guitar and eccentric rock-pop-jazz hybrid drumming.(…) Champagne shines (…) only eight tracks but each is unique and original making for a rich listening experience” (New-York City Jazz Record, George Kanzler)

Lien

Toine Thys - Overseas - On Tour

OVERSEAS TOUR

08/03 Charleville-Mézières, Charleville Action Jazz (Fr)
09/03 360 Music Factory, Paris (Fr)
11/03 Flagey Studio 4, Brussels (B)
12/03 L’An Vert, Liège (B)
15/03 The Black Cat, Torhout (B)
16/03 Handelsbeurs, Ghent (B)
17/03 Susurro Club, Barcelona (ES)
29/04 Auditorium Abel Dubois, Mons (B)
30/04 Tournai Jazz Festival, 19:45, Magic Mirror (B)

Après la sortie de leur premier album en 2021 acclamé dans la presse internationale, Toine Thys présente (enfin après le report de la tournée 2021) son projet Overseas lors d’une tournée de 9 dates en Belgique, en France et en Espagne.

OVERSEAS est l’histoire de la rencontre entre le saxophoniste Bruxellois Toine Thys et le joueur de oud égyptien Ihab Radwan. Accompagnés par le percussionniste brésilien Zé Luis Nascimento (Césaria Evora, Al Di Meola, Oumou Sangare), la violoncelliste luxembourgeoise Annemie Osborne (Tcha Limberger, Magic Malik, Marillion), et le pianiste néerlandais Harmen Fraanje (ECM, Ernst Reijseger). Overseas se situe la croisée de la musique arabe et des modes hijazz, du jazz et de l’improvisation tonale, de la musique classique et des rythmes de la musique brésilienne.

” Une telle musique nous fait respirer le grand air” Jazzmagazine ****


Martin Salemi- About time - Dragon Jazz

« Les plages s’enchaînent et coulent avec intelligence dans une fausse simplicité en nous entraînant dans de nouveaux paysages toujours recommencés […] About Time est une production cohérente au naturel léger mais plein d’élan et construite comme une œuvre classique : tout y est mélodie, calme et ravissement, propice à la réflexion, un album que l’on sent inspiré par les idées élévatrices d’une belle humanité. »
Pierre Dulieu – DragonJazz (disque du mois, Sélection Best Of 2021)

Best album of 2021 dans Dragon Jazz

Lien

Martin Salemi- About time - Chambre avec vue - Musiq3

Vue sur le temps qui passe avec Martin Salemi

Rencontre dans “Chambre avec vue”  sur Musiq3 – RTBF

Vue sur le temps qui passe avec Martin Salemi

Rencontre dans “Chambre avec vue”  sur Musiq3 – RTBF (Camille de Rijck)

Lien

Martin Salemi- About time - Musiq3

“Le pianiste qui nous fait perdre la notion du temps”

Rencontre dans “La touche jeune talent” Musiq3 – RTBF

La touche jeune talent – Musiq3 avec Brigitte Mahaux

Lien

Margaux Vranken -La Suite - Chambre avec vue -Musiq3

Interview avec Camille De Rick dans Chambre avec Vue sur Musiq3

Chambre avec vue – Musiq3


Margaux Vranken - La Suite - Déclic - La Première

Margaux Vranken dans le meilleur pour la fin, Déclic, La Première et la Trois

Une chronique signée Laurent Graulus

Margaux Vranken dans le meilleur pour la fin, Déclic, La Première et la Trois

Une chronique signée Laurent Graulus


Margaux Vranken -La Suite - Le Soir

“exaltant, un vrai bonheur” ***

3 étoiles dans le SOIR


Martin Salemi- About time - Jazz magazine

“ils se promènent avec lancinance et nonchalance sur les territoires de l’incertitudeou d’une tranquille assurance” (Jazzmagazine) ****

**** 4 étoiles dans Jazz Magazine

Lien

Eve Beuvens - Inner Geography - VIF FOCUS

“Eve Beuvens dessine, tout au long de cette “géographie”, des paysages intérieurs qui se révèlent à la fois fragiles et solidement ancrés dans une Histoire du jazz que vient couronner in fine une version de ‘Caravan’ complètement envoûtante.”

(Philippe Elhem)

“complètement envoûtant”

Lien

Guillaume Vierset - First Round - CLIP

C’est l’histoire d’un gars qui déclare “The End Of The F***ing World”. C’est l’histoire de sa prise de conscience, celle d’un être qui ne se sent plus à sa place et dont l’esprit, tel un Dr Jekyll & Ms Hyde, est tiraillé entre 2 mondes, celui du formatage et celui où tout vole en éclat.

Véritable coup de poing dans la fourmilière du jazz, «First round» est le premier EP d’EDGES,  le nouveau projet de Guillaume Vierset.  C’est avec une équipe internationale de haut vol que le guitariste nous emmène avec poésie et nonchalance dans un univers musical aux confins du jazz et du rock prog.

WATCH FIRST ROUND

Martin Salemi- About time - Le SOIR

“Le pianiste offre 37 minutes de bonheur simple et discret, à écouter entre chien et loup, quand le noir du ciel commence à se déverser sur la lumière du jazz.” JC Vantroyen, Le SOIR

 37 minutes de bonheur (Le SOIR)

Lien

IGLOO Records - Back To The Future

Cet automne, Igloo entame un vaste projet de réédition d’anciennes parutions. Les premières références ont été minutieusement restaurées et digitalisées afin d’être disponibles à l’écoute dans la meilleure qualité audio possible. Des enregistrements rares qui témoignent d’une époque créative riche en expérimentations.

A l’heure de la dématérialisation et la disparition progressive des supports physiques, on pourrait s’interroger sur le rôle des producteurs et des labels face aux géants du streaming. Mais l’une des plus-values d’une maison de disque comme Igloo, c’est le
souci de pérennité et de conservation de son patrimoine. En plus de quarante ans, avec plus de 500 références (jazz, chanson, musiques contemporaines, musiques du monde, etc.), Igloo fait partie du patrimoine des musiques indépendantes.

Engagé dans la production de nouveaux artistes, le label n’avait pas encore pris le temps, ni mis les moyens, pour que tous ces enregistrements soient accessibles. Or, comme l’explique très bien Daniel Léon (ingénieur du son, un des fondateurs d’Igloo), il y a urgence, car les supports de nombreux enregistrements se détériorent. Nous avons donc profité de la crise sanitaire—comme s’il y avait quand même un point positif à cette crise—pour mettre en place tout un processus de restauration avec pour objectif de mettre à disposition du public nos 42 années d’enregistrements :

IGL001 – Jean-Paul Ganty – 1978

IGL002 – Arthur Petronio – 1979

IGL003 – André Stordeur – 1979

IGL004 – Godfried Willem Raes // Bellenorgel – 1979

IGL005 – La Maison du Jardinier – 1979

IGL006 – Silances – 1981

IGL007 – Léo Kupper – 1981


Martin Salemi- About time - Jazz- Musiq3

« Beautiful melodies and superb trio work […] An instant classic »

Interview avec Philippe Baron dans “Jazz” sur Musiq3/ RTBF

Interview avec Philippe Baron dans Jazz sur Musiq3 – RTBF

Lien

Paris Double Bill - Nathalie Loriers Trio & Julien Tassin Trio

LE 22 juin 2021
IGLOO Records présente une double sortie d’album événement au Studio de L’Ermitage à Paris.

JULIEN TASSIN – Sortie française de l’album “Moondancer”

Après un premier album remarqué, le guitariste belge Julien Tassin revient avec un Moondancer. Inspiré du jazz, du blues et de musiques de film, où la guitare, tantôt brute, tantôt aérienne, nous plonge dans un univers aux frontières du rêve et de la réalité. Avec une des meilleures rythmiques européennes – Nic Thys à la contrebasse et Dré Pallemaerts à la batterie – le trio témoigne d’une énergie et d’une osmose parfaites. Musiciens audacieux, ils surprennent à chaque instant en se jouant des codes et des dynamiques pour offrir une expérience intense.

Ecouter “MOONDANCER”

Julien Tassin : guitare
Nic Thys : contrebasse
Dré Pallemaerts : batterie

Début du concert à 20h00

NATHALIE LORIERS – Sortie française de l’album “Le Temps Retrouvé”

Référence incontestée du jazz européen et sidewoman recherchée (BJO, Philip Catherine, Aldo Romano…) la pianiste Nathalie Loriers s’est entourée de la saxophoniste néerlandaise Tineke Postma (Terri Lyne Carrington, Greg Osby…) et de l’excellent Nic Thys. Le trio en pleine maturité présente son troisième album «Le temps retrouvé». Des mélodies fortes pour un jazz raffiné au lyrisme à fleur de peau.

Ecouter “Le Temps Retrouvé”

Nathalie Loriers : piano, composition
Tineke Postma : saxophones
Nic Thys : contrebasse

Début du concert à 21h00

Avec le soutien de la SPPF et de WBI.

Infos & Réservations

Greg Lamy - Observe The Silence - eReM

Lamy ist ein echter E-Gitarrist im Jazz. Sein spielerischer Ansatz ist offen, oft rau und noch öfter unvorhersehbar. Hier schert sich niemand um Genre-Klischees – Greg Lamys Offenheit und Humor erinnern so an John Scofield. (eReM)

******  (phänomenal)

“Tolles Album!”

Lien

Greg Lamy - Observe The Silence - Jazz News

” de Jim Hall à John Scofield, en passant par la gâchette groove Wes mongomery, le virtuose de la Nouvelle-Orléans calme le jeux. (…) le compositeur impressionniste épure le propos  et cherche les respirations.”

“Le virtuose luxembourgeois (…) ralentit le tempo pour jouer avec les silences”


Toine Thys Overseas - Tamam Morning - Jazz Magazine

“Un violoncelle, un piano, des percussions, et puis surtout le saxophone et la clarinette basse de Toine Thys…”

“(…) une telle musique nous fait respirer le grand air” (Noadya Arnoux, Jazz Magazine 03/2021)


Ivan Paduart Patrick Deltenre - Ear We Are - Jazz Magazine

“L’écriture des thèmes est soignée, riche d’harmonisations et de contrepoints toujours dignes d’intérêt, et la limpidité et la simplicité chantante des improvisations ravit (…)”
Yazid Kouloughli, Jazz Magazine 02.2021

“(…) l’expérience de ces instrumentistes chevronnés s’entend”