Eve Beuvens & Mikael Godée quartet - Looking Forward - Le SOIR

Eve Beuvens a d’abord voulu jouer de la contrebasse. Un peu grand, un peu lourd sans doute. Elle s’est ensuite tournée vers le piano. Et elle a eu bien raison. C’est aujourd’hui une de nos meilleures pianistes de jazz. Beaucoup de volonté, du lyrisme, une dose de romantisme, une très belle musicalité et un sourire constant. Une pincée de nostalgie aussi, qui se retrouve dans son très beau premier album Noordzee, en 2009. Et un sens de l’exploration musicale, qui se concrétise dans Heptatomic, le groupe qu’elle a créé en 2013 pour le Gaume Jazz, avec Laurent Blondiau, Manolo Cabras, son frère Lionel et d’autres. Elle joue aussi dans les Sidewinders et avec le sax polonais Cesariusz Gadzina. Et avec Mikael Godée. Avec qui elle grave un premier CD, MEQ, en 2012. Voilà le second album avec Mikael Godée et ses complices suédois : Looking forward.

 

 

« Une musique qu’on accueille avec plaisir dans l’immédiateté mais qui dévoile toutes ses richesses si on s’y attarde. »

Lien

40 ans d'Igloo Records dans Jazzism (Nl)

« Het Belgische jazzlabel Igloo bestaat veertig jaar. Dit wordt al maanden gevierd met nieuwe releases en concerten. De catalogus bevat ondertussen meer dan vierhonderd titels. » (Georges Tonla Briquet)

Het Belgische jazzlabel Igloo bestaat veertig jaar. Dit wordt al maanden gevierd met nieuwe releases en concerten. De catalogus bevat ondertussen meer dan vierhonderd titels.

Lien

Les 40 ans d'Igloo dans "Par Ouïe dire" sur La Première

Reportage de Thierry Genicot sur la Première sur l’exposition consacrée aux 40 ans d’Igloo à la galerie de l’ERG

Reportage sur l’expo Igloo à la galerie de l’ERG

Lien

Les 40 ans d'Igloo Records sur Classic 21

Daniel Léon, vice président du label Igloo, au micro de Patrick Bivort dans Classic 21 lounge

Daniel Léon sur Classic 21 pour parler des 40 ans d’Igloo Records

Les 40 ans d'Igloo Records sur Classic 21 (8/09/18)

Les 40 ans d'Igloo sur la Première (Entrez sans frapper)

Daniel Sotiaux, président-fondateur d’Igloo Records, sur le plateau d’Entrez sans frapper (la Première) au micro de Jérôme Colin.

Les 40 ans d’Igloo dans Entrez sans frapper sur la Première

Entrez sans frapper - La Première 18/09/18

"Igloo, show devant" (le Vif)

« Conçu comme label refuge du jazz belge il y a quarante ans, Igloo Records a élargi son pedigree au fil des décennies et glané des galons exploratoires » (Par Philippe Cornet)

Avec son allure de jeune Eric Clapton, le guitariste Guillaume Vier- set tire des accords jazzyfiants d’une splendide Gibson rouge. La partition flambe sur la scène du théâtre Marni, à Bruxelles. LG Jazz Collective, un nom un rien clinique pour une musique qui ne l’est pas, se produit en cette soirée de mi-septembre 2018 où l’on fête les 40 ans d’Igloo (1). Une célébration pour laquelle Sacha Toorop, chan- teur au CV pop-rock fleuri, rejoint le prodige guitariste et les autres musiciens via un Happy Birthday déjà d’anthologie. Ce soir-là, dans la salle ixelloise, si le jazz reste la colonne vertébrale des deux concerts, celle également du quatuor du trompettiste Jean-Paul Estiévenart, il en prend aussi les dernières tonalités polyglottes. A l’image du batteur Antoine Pierre – présent dans les deux formations du jour – qui remplit l’espace d’une rythmique malléable : on dirait du Dali période montres molles qui durciraient, ou pas, selon les circonstances. (…)

« Igloo, show devant »

Lien

"Igloo, 40 ans d'alternative musicale" (La Revue Politique)

« 1978-2018: le label indépendant Igloo Records fête ses quarante ans. L’occasion de revenir sur la gestation de cette aventure et de s’interroger sur l’évolution du marché des musiques enregistrées face  la domination de la diffusion numérique »

« Igloo, 40 ans d’alternative musicale »

Lien

Catherine/Baker/Rassinfosse - Crystal Bells - Le Soir

Igloo ressort ses perles. Et cet album ci en est manifestement une et de la plus belle eau

…Un grand album

« Un grand album »

Lien

"Les 40 ans d'Igloo au Marni Jazz" (BX1)

L’émission M revient notamment sur les 40 ans du label bruxellois indépendant Igloo Records avec son fondateur Daniel Sotiaux et sur le Marni Jazz Festival, qui se tient du 5 au 15 septembre, avec sa directrice Joëlle Keppenne.

“C’est une période difficile car le disque est en train de disparaître. On voit que partout les chiffres diminuent. Je voyais encore hier les chiffres de l’industrie de la musique. Il y a encore 5,6% en moins pour les premiers mois de l’année par rapport à l’année dernière. Je ne pense pas qu’il faut avoir des craintes sur l’avenir du label. Il faut surtout réfléchir avec les musiciens et les artistes à d’autres modèles économique. Le disque reste de toute façon un outil indispensable”, explique Daniel Sotiaux. “C’est l’outil indispensable pour trouver des concerts, pour la promo, pour la presse”, confirme le trompettiste Jean-paul Estiévenart.

L’émission M revient  sur les 40 ans du label   Igloo Records 

Les 40ans d'Igloo dans le Magazien M (BX1) du 4 septembre 2018

Walter Hus - Supersonic Flora - Le Vif

« Même si ce compositeur flamand connu pour son groupe Maximalist! est, à l’instar de Wim Mertens ou de Chilly Gonzales, un pianiste-compositeur qui trouve écho au-delà de son classique-contemporain. »

« Une musique qui nettoie aussi les oreilles d’une époque très formatée « 

Lien

"IGLOO : Lieu où le Jazz réchauffe" - L'Avenir

Quarante ans et près de 300 disques : le label IGLOO fête l’événement.

« IGLOO : lieu où le jazz réchauffe »

Lien

La playlist Igloo du Gaume Jazz Festival

Pour souffler ses 40 bougies, Igloo a proposé à ses partenaires en Wallonie, à Bruxelles et à Paris d’organiser une série de concerts qui réuniront pionniers et jeune génération du jazz au profit de moments musicaux inédits. Après une inauguration au festival au Carré de Mons, c’est au Gaume Jazz Festival qu’Igloo fête son anniversaire, avec au programme :

– la release party du nouvel album de Julien Tassin, Sweet Tension

– le concert du disque Delta du trio d’Igor Gehenot

– le duo de Raphaëlle Brochet et Philippe Aerts

– la présentation en avant-première du nouvel album du quatuor d’Eve Beuvens et Mikael Godée, Looking Forward

– le trio de Martin Salemi

Découvrez donc la playlist d’Igloo au Gaume Jazz Festival !

Lien

"Mons: Le Carré fête les 40 ans d'Igloo !"

Le 4 juillet 2018 ouvrait les festivités des 40 ans d’Igloo au festival Mons au Carré, qui a dédié au label une soirée entière mêlant musiciens historiques et artistes émergents :

– le duo de Charles Loos et Steve Houben

– une carte blanche à Eric Legnini, qui a invité Philip Catherine, Antoine Pierre, Jean-Paul Estiévenart et Thomas Bramerie

« Au festival au Carré, la soirée du 4 juillet était consacrée au label de jazz belge Igloo »

Lien

"Igloo contre le prêt-à-porter musical" - LE SOIR

« Heureusement qu’il y a des Igloo, Homerecords, El Negocito, Clean Feed et d’autres pour naviguer à contre-courant de l’uniformisation culturelle. Parce que la richesse vient des oeuvres indépendantes, créatives, nouvelles, porteuses de diversité. Et que, pour permettre cette éclosion, il est essentiel de respecter l’artiste.
C’est ce que veut Igloo. D’abord par un enregistrement de qualité. L’ingénieur du son d’Igloo, c’est Daniel Léon. Un gage. Il suffit d’écouter les enregistrements d’Antoine Pierre Urbex, de LG Jazz Collective, du Martin Salemi Trio, du Julien Tassin Trio, pour s’assurer que le son est une des premières préoccupations du label.
Ensuite par une présentation parfaite. Les pochettes des albums sont travaillées par des artistes et des plasticiens. Les 40 couvertures les plus marquantes seront d’ailleurs exposées à la galerie de l’ERG : la pochette en dialogue avec une autre oeuvre de l’artiste qui l’a conçue. Ensuite par une distribution durable. Daniel Sotiaux insiste : tout le catalogue du label est accessible. En tout, 455 références d’Igloo Records : jazz, chanson française, musique du monde, expérimental. »

Jean-Claude Vantroyen

« Igloo contre le prêt-à-porter musical »


Igloo Records fête ses 40 ans

04/07/18 FESTIVAL AU CARRE – MONS
• Charles Loos – Steve Houben Duo
• Carte blanche à Eric Legnini : Hommage à Jacques Pelzer
avec Philip Catherine, Antoine Pierre, Jean-Paul Estiévenart, Thomas Bramerie

10-12/08/18 GAUME JAZZ FESTIVAL – ROSSIGNOL
• Julien Tassin Trio – présentation d’album en avant première
• Philippe Aerts – Raphaëlle Brochet Duo
• Eve Beuvens + Mikael Godée : Présentation d’album en avant première
• Igor Gehenot : Delta
• Martin Salemi Trio

15/09/18 FESTIVAL MARNI JAZZ – BRUXELLES
• Jean-Paul Estiévenart Trio + special guest : Fabian Fiorini
• LG Jazz Collective + special guest : Sacha Toorop
• After avec Manu Louis

22/09/18 AB CLUB – BRUXELLES
• Julien Tassin Trio – présentation d’album
+ special guest Michel Hatzi Solo (première partie)

25/09 au 12/10/18 GALERIE PUTSCH – BRUXELLES
• Exposition « Igloo – 40 ans » à la galerie Putsch de l’ERG – Ecole de Recherche Graphique

04/10/18 LE RIDEAU ROUGE – LASNE
• LG Jazz Collective
• Stéphane Mercier

06/10/18 JAZZ9 – MAZY
• Martin Salemi Trio
• Jean-Paul Estiévenart Trio

12/10/18 PALAIS DES BEAUX-ARTS – CHARLEROI
Rencontre – Conférence Igloo avec le PointCulture de Charleroi: 
Daniel Sotiaux (président, fondateur) et Toine Thys (musicien)

• Jean-Paul Estiévenart Trio
• Antoine Pierre Urbex + special guest : Fabrizio Cassol

12/10/18 THÊATRE 140 – BRUXELLES
• Sacha Toorop + Mathias Bressan // FESTIVAL FRANCOFAUNE

20/10/18 AN VERT – LIEGE
Double sortie d’album + soirée 40 ans
• Stéphane Mercier
• Julien Tassin Trio

20/10/18 KAAITHEATER – BRUXELLES
• Walter Hus – Supersonic Flora : présentation d’album

07/11/18 THEATRE DES DOMS – AVIGNON
• Antoine Pierre Urbex Quintet

10/11/18 POINTCULTURE DE NAMUR
• Rencontre-conférence Igloo

15/11/18 CEST CENTRAL – LA LOUVIERE
• Lorenzo Di Maio group + special guest: Nathalie Loriers
• Jean-Paul Estiévenart Trio

21/11/18 POINTCULTURE de LOUVAIN-LA-NEUVE
• Rencontre-conférence Igloo avec Daniel Sotiaux (président, fondateur) et Daniel Léon (vice-président, ingénieur du son)

22/11/18 STUDIO DE L’ERMITAGE – PARIS
• Sacha Toorop + Mathias Bressan / double sortie d’albums

23/11/18 BIMHUIS – AMSTERDAM

• FES – release album

27/11/18 CENTRE WALLONIE-BRUXELLES – PARIS
• L’Orchestre du Lion

29/11/18 CENTRE WALLONIE-BRUXELLES – PARIS
• Lorenzo Di Maio Group + special guest: Eric Legnini

26/01/19 POINTCULTURE DE BRUXELLES
• Rencontre-Conférence Igloo avec Daniel Sotiaux, Daniel Léon + un invité (TBC)

17/03/19  30CC – LEUVEN

 • Carte blanche à Eric Legnini : Hommage à Jacques Pelzer
avec Philip Catherine, Antoine Pierre, Jean-Paul Estiévenart, Thomas Bramerie

+ de nombreuses opérations labellisées « IGLOO 40 YEARS » sont attendues à l’international : France, UK, Allemagne, Japon, Pays-Bas, Luxembourg…

C’est en 1978, dans le contexte de l’effervescence culturelle et artistique « post 68 », que naît le label Igloo, fruit de la rencontre de passionnés et défenseurs d’une création musicale originale, indépendante et singulière.
Au fil du temps, le label a publié des enregistrements majeurs et contribué à l’histoire du jazz et des musiques improvisées en Belgique, avec un catalogue qui dépasse les 400 références ! Pour souffler ses 40 bougies, Igloo a proposé à ses partenaires en Wallonie, à Bruxelles et à Paris d’organiser une série de concerts qui réuniront pionniers et jeune génération du jazz au profit de moments musicaux inédits.

Si le label Igloo accueille dans un premier temps des productions en marge des créneaux musicaux de masse – poésie sonore, musiques improvisées…- la fusion avec le label LDH au début des années 80 le verra rapidement accueillir ses premières productions de jazz et non des moindres: Chet Baker, Philip Catherine, Jacques Pelzer, Michel Herr, Steve Houben ou Charles Loos, … autant de noms qui ont participé à la renommée d’Igloo non seulement en Belgique, mais aussi à l’international, et lui ont permis de développer son ambition première: devenir une plate-forme pour les futurs talents. C’est ainsi que le label a mis en lumière la génération de Nathalie Loriers, Eric Legnini, Ivan Paduart, Manuel Hermia dans un premier temps… puis Mélanie de Biasio, Greg Houben, Pascal Mohy, et bien d’autres, jusqu’à, plus récemment, des artistes comme Igor Gehenot, Antoine Pierre ou Jean-Paul Estiévenart qui participent à la nouvelle vague du jazz.

La philosophie du label a toujours été de favoriser la diversité, de permettre aux expressions musicales plus marginales d’être entendues et soutenues dans un contexte musical menacé d’uniformisation. Si le jazz est devenu son principal domaine, le label est resté ouvert aux créations plus « inclassables » en développant sa collection «Igloo+». Il s’est aussi diversifié en intégrant, fin des années 90, des projets issus de rencontres culturelles sous la bannière «Igloo Mondo». Enfin, la chanson française garde une place importante: après les productions du label Franc’Amour dans les années 80 (Maurane, Pascal Charpentier, Claude Semal, Dunker), Igloo a développé le label «Factice» dédié à musique d’expression francophone plus actuelle (Sacha Toorop, Mochélan, Mathias Bressan, Karim Gharbi…).

40 ans donc que le label Igloo enregistre, produit, promeut et diffuse la musique de ses artistes sur les 5 continents ! 40 bougies à souffler, et pas moins de 40 musiciens qui se produiront en Wallonie et en Flandres, à Bruxelles et à Paris à l’occasion d’une série de concerts inédits qui réuniront la jeune génération et ses aînés. C’est aussi une exposition qui se tiendra à l’ERG à Bruxelles et présentera une sélection de 40 pochettes d’album originales, réalisées et illustrées par 40 artistes plasticiens.


Flat Earth Society - Boggamasta - Jazzwise

« The gig was only the second (or possibly third) occasion that this Vermeersch/Bovée music was performed, the latter impressing equally on lead guitar extremity and forceful frontman freestyling, complete with monsterised bass-flooded voice effects. Bovée was often partnered by Vermeersch, in a perverted manifestation of Run DMC’s verbal ping-ponging. Humour and funk co-existed with power and complexity, while the big band’s carefully woven layers were clearly discernible via the PA system’s sharp mix. Twisted effects cloaked ensemble vocals, as most of the group tackled chorus refrains, as if in the midst of some twisted hip-hopera. Twinned drums kicked beneath charged horn parts, as Bovée battled with Peter Vandenberghe, vying for Cecil Taylor-esque freedom on a shared keyboard. »

Martin Longley

« Humour and funk co-existed with power and complexity »

Lien

High Resolution

From megaphone to MPEG file, the different ways of listening to music succeeded one another in order to save each time more space. The audio quality diminished in the meantime. Today, digital revolution has driven growth of internet speeds and expansion of storage capacity of devices. Thus, we do not need to reduce files size : we can afford to store, spread and download heavier, lossless and top quality contents. This is High Resolution.

A few file formats :

– MP3 : a high-compressed file, with a light weight of storage but a loss of quality

– WAV-16 bit : the usual format found on CD with a good quality

– WAV-24 bit : a superior format, with a recording studio quality

All formats can be found at the same price on our store according to your wishes


Greg Lamy Quartet - Press Enter - Musica Jazz

« Questo nuovo lavoro è un’efficace sintesi di umori e amori del chitarrista statunitense. Una decina di brani nei quali emergono in modo netto le coordinate del suo inverso musicale. Siamo sull’onda del jazz mainstream e swingante, dal robusto impatto ritmico e con innesti fusion.
I temi sono melodicamente eleganti (…), e conservano la memoria delle radici musicali afroamericane con alcune virato verso il rock.
Nello stile chitarristico Lamy si ispira al Larry Coryell del periodo con gli Eleventh House e soprattutto a John Scofield, cui lo accomunano il gusto bluesy e la ricerca del colore. Questo senza nulla togliere alla sua originalità e alla compattezza sonora del gruppo, guidato con mano sicura. »

Franchi

« alla sua originalità e alla compattezza sonore del gruppo, guidato con mano sicura »


Octaves de la musique 2018

La cérémonie des Octaves de la Musique a eu lieu à la Madeleine le lundi 28 mai 2018. Les Octaves récompensent depuis 2004 les musiciens de la Fédération Wallonie-Bruxelles de diverses esthétiques. Ils se sont cette année produits sur scène par duos de lauréats issus de diverses catégories esthétiques.

Les artistes Igloo étaient cette année à l’honneur, deux d’entre eux ont en effet remporté un Octave :

– Claude Semal dans la catégorie Chanson Française pour son album Les Marcheurs, disponible également dans sa nouvelle compilation Semal La Totale

– Igor Gehenot dans la catégorie Jazz pour son nouvel album Delta en trio

Lien

Tout finira bien - Au Coeur - L'Echo

« Tout finira bien rend un hommage appuyé à la grande chanson française de l’après-guerre, ce qui ne l’empêche pas de collaborer avec Grand Corps Malade ou de faire dans l’épure nordique sur un « Drive » chanté en anglais, mais avec toujours justement aux lèvres une sorte de flegme britannique, d’infime décalage qui confère à leur musique de chambre d’écho, de quatuor cuivré acoustique devenu parfois orchestre symphonique, de jazz classique mutant en épure électronique…une harmonie. »
Bernard Roisin

 » Une harmonie. »

Lien

Antoine Pierre Urbex - Sketches Of Nowhere - France Musique

« Le nouvel opus “Sketches of Nowhere” qui paraît chez Igloo, marque un tournant pour Urbex : l’ambiance sonore y est plus hypnotique, avec des effets sonores électrisants et des riffs de basse groovy, qui mettent en valeur l’écriture complexe et symbolique d’Antoine. »

« Antoine Pierre est devenu une figure incontournable du jazz en Belgique »

Lien

Igor Gehenot - Delta - Elu Citizen Jazz

« Si le disque est d’humeur changeante, il ne perd jamais la force qui le caractérise et qui fait son empreinte. La mélancolie côtoie des swings énergiques et des exercices de haute voltige entre improvisateurs, le tout servi par un groove impeccable, avec toujours beaucoup de subtilité et de justesse dans l’intention. La qualité des compositions est à la hauteur des musiciens qui les interprètent, et les mélodies, chantantes, s’imprègnent rapidement. »

Raphaël Benoit

« Un disque qui ne s’oublie pas, au potentiel addictif indéniable. »

Lien

Décès de Maurane

Décès de la chanteuse Maurane, le label Igloo Records est en deuil…

C’est avec consternation et profonde tristesse qu’Igloo Records a appris le décès de la chanteuse Maurane. Nos pensées vont d’abord à sa famille et ses proches à qui nous adressons nos plus sincères condoléances. La carrière de Maurane est intimement liée à Igloo Records.
Comment oublier la production du premier album (« Danser ») de la chanteuse en 1986, qui fut une aventure extraordinaire, riche d’humanité et de joies. Maurane enregistrera ensuite pour le label deux autres albums sous le titre de « H.L.M. » (Houben – Loos – Maurane), des albums de jazz où la chanteuse, dotée d’un extraordinaire sens musical, offre la plus belle démonstration de la richesse de sa tessiture vocale.
rois albums d’exception qui relient à jamais Igloo Records à la chanteuse. Notre affliction est profonde, la musique est en deuil, mais Maurane à jamais demeure…


Martin Salémi Trio - Short Stories - B Jazz Contest 2018

La compétition internationale B-Jazz, destinée aux formations dont les musiciens ont moins de 30 ans, a exceptionnellement récompensé un groupe belge, le Martin Salemi Trio, par le premier prix Albert Michiels. L’ensemble s’est vu offrir 2000€ ainsi que cinq représentations dans divers pays.

« They sound beautiful. »

Lien

L'orchestre du lion - Connexions Urbaines - Le Soir

« Il s’agissait aussi de donner une idée très large du travail de tous ces artites . De montrer l’étendue de leur palette et des paysages sonores. Et l’on passe dès lors du rock au rap, de la fanfare à la chanson, du retenu à l’énergique. (…) Ce Connexions Urbaines est festif, aéré, drôle et enlevé. Et la musique est réjouissante. »

« Depuis 35 ans, le Collectif du Lion voyage et nous fait voyager autour de musiques innovantes. »

Lien

Claude Semal - Les Marcheurs - Telepro

« Trente-six ans après « Les Convoyeurs attendent », Claude Semal renoue avec Daniel Léon et enregistre l’album d’un insoumis, entouré d’une tripotée de jeunes musiciens. En onze titres, il nous chante l’injustice sociale, le passage du temps et ses contestations poétiques dont il a le secret. »

« L’album d’un insoumis. »


Mathias Bressan - L'imprévu - Longueur d'Ondes

« Son auteur y fabrique aussi bien de belles chansons à textes épurées qu’une poignée de pistes électriques parfois krautrock en jouant par à-coups à noircir ses paysages ou à leur donner une dimension féérique et aventurière au gré d’orchestrations qui font mouche. »
Emeline Marceau

« De quoi séduire »

Lien

Steve Houben, Charles Loos - Comptines - L'Avenir

« Voici une réédition de « Comptines » augmentée de deux nouveaux enregistrements studio de 2016 ainsi qu’un témoignage d’un concert « live » dans la salle de l’Orchestre Philharmonique de Liège, où la magie du duo s’opère avec autant de force. »

« un petit bijou de poésie complice »


LG Jazz Collective - Strange Deal - Jazzaround

« Un album que Guillaume Vierset ne voit pas comme un album de leader et de guitariste ; on ne peut toutefois s’empêcher d’être séduit par ses grandes qualités de compositeur, d’arrangeur… et de guitariste. »

« On tient là après seulement quinze jour en 2018, ce qui pourrait bien être l’album de l’année. »

Lien

Jeff Herr Corporation - Manifesto - Le Quotidien

« Jeff Herr et sa Corporation sont de retour dans les bacs avec « Manifesto ». Un nouvel album regroupant huit titres, dont sept compositions personnelles, à la fois organiques, groovy et «free». Un bonheur ! »

« Un bonheur ! »

Lien

Jean-Paul Estiévenart Trio - Behind The Darkness - Révélation Jazz Magazine

« Le timbre et la phrase posent un univers d’une onirisme dont la puissance ne tient pas de la virilité du hard bop même si elle y prend racine, mais d’une intonation comme interrogative qui laisse l’imagination en suspens. »

Franck Bergerot

« Un disque qu’on n’est pas prêt d’oublier. »


Claude Semal - La Totale - DH Magazine

« Soit pas moins de 140 chansons truffées d’impertinence, de provocation, d’un soupçon de cruauté parfois aussi, mas surtout pleines de tendresse et d’humour. »
Charles Van Dievort

« Un univers désopilant qui fait mouche à chaque écoute. »


Raphaëlle Brochet & Philippe Aerts Duo - Kamalamba - M&C TOP!

« Leur rencontre, un voyage libre et improvisé aux quatre coins du globe, à deux, swingue, s’emballe, crépite au fil de ces plages où le duo complice s’écoute, dialogue, emprunte lors de toutes ses escales les pigments de leur tableaux chamarrés mais étonnamment vivants et cohérents.
Unis par le goût de la découverte, une soif de liberté communicative, de l’harmonie douce, des rythmes chatoyants, les artistes nous emportent dans un magnifique périple, à la poésie bienveillante. »

«Les artistes nous emportent dans un magnifique périple, à la poésie bienveillante.»


Diederik Wissels - Pasarela - Le Soir

« Les mélodies sont simples et belles, le sax est rauque et l’accordéon nostalgique, la basse est minimale et la voix utilisée uniquement quand elle est nécessaire. »

« Un retour à l’essence même de la musique. »


Raphaëlle Brochet & Philippe Aerts Duo - Kamalamba - Révélation Jazz Magazine

« Ses grandes qualités vocales et son imprégnation des civilisations qu’elle a côtoyées donnent une remarquable impression d’authenticité, quel que soit le langage dans lequel elle s’exprime, toujours avec une intensité à laquelle on ne peut rester insensible. A ses côtés, Philippe Aerts, loin d’être un faire-valoir, joue son rôle de complice à part entière et sa contrebasse majestueuse participe totalement à ce magnifique duo. »
Philippe Vincent

« pour nous inonder de bonheur. »


La playlist Igloo Jazz Classics

Découvrez la playlist Igloo Jazz Classics, une sélection des meilleurs titres de la collection.
La collection Igloo Jazz Classics est composée de rééditions des plus célèbres albums de jazz belge. Vous pouvez y écouter Charles Loos, Chet Baker, Eric Legnini, Nathalie Loriers ou encore Serge Lazarevitch.

Lien

Jeff Herr Corporation - Manifesto - 4 étoiles Jazz Magazine

4 étoiles

« On sent également ici la volonté clairement affirmée de laisser respirer davantage la musique et de soigner les compositions, qui prennent souvent l’aspect de mini-suites aux sections contrastantes. L’un des grands charmes de ce trio résulte de la tension féconde entretenue entre la précision chirurgicale du tandem contrebasse/batterie et le placement beaucoup plus libre du saxophone tout à la fois inventif et expressif »

Pascal Rozat

« des grooves contemporains d’une redoutable efficacité »


Martin Salémi Trio - Short Stories - Le Soir

Ça fait du bien d’écouter un album de jazz contemporain mais qui ne cherche pas à tout prix des sonorités inouïes, qui ne s’éparpille pas en fragments hétérogènes, qui ne se résume pas en un riff de trompette ou un wooing de pédale wah-wah. La musique de Martin Salemi and Co est fraîche, joyeuse, dansante. Ça swingue, ça provoque le sourire même si c’est parfois un sourire nostalgique.

« Il y a du Bill Evans et du Keith Jarrett chez ce jeune musicien (…) à tomber. »


Manu Louis - Kermesse Machine - Libération

Kermesse Machine, son inclassable premier disque solo sans le groupe Funk Sinatra, est un concept album dont les titres s’enchaînent comme pour raconter une histoire d’amour populaire lors d’une joyeuse et bruyante fête de village.

« Une fête foraine reflète à merveille l’univers grinçant et électrique du musicien. »

Lien

Igor Gehenot - Delta - L'Avenir

Tout le répertoire est un modèle d’élégance, de souffle de tradition rafraîchie à l’aune de compositions étincelantes. Un jazz qui ravira les uns et ouvrira les portes d’un jazz accessible pour les autres.

« Une ballade hivernale tout en atmosphère et musicalité. »

Lien

Sacha Toorop - Les tourments du ciel - L'Echo

« Techniquement parlant, Toorop, avec sa voix tantôt douce, tantôt rauque, s’aventure dans une expérimentation sonore singulière où les percussions, la batterie, la basse et les violons s’entrechoquent pour produire une musique qui transporte. Un coup de coeur ? Le titre « Orient Occident », qui résume en lui seul la singularité de l’album. »
P.V.

« une musique qui transporte »


Music 4 a while - Ay Linda Amiga - Le Soir

C’est profond, souple, délié, avec un son très personnel et une belle énergie, particulièrement dans le morceau titre, tout en rythmes échevelés. Mais on aime beaucoup les dérives balkaniques du « Chiome d‘oro » de Monteverdi, le solo de contrebasse de « La Carpinese » et la voix de Muriel Bruno et le trombone d’Adrien Lambinet dans cette incroyable chanson triste que le « Dido’s Lament » de Purcell.

« On est immédiatement dedans.»

Lien

Flat Earth Society - Boggamasta - London Jazz News

The music is played straight through without breaks or announcements and its full-on nature works well with a standing audience. The focus is on a frenetic blend of African, Brazilian music, mixed in with jazz, electronica and rock energy. The two composers were inspired by the language and visuals of the recent Gambian presidential election, and have converted these impressions into a series of rapidly delivered songs.

« The music works well and creates a powerful overall effect that clearly resonated with the audience. »

Lien

La playlist Factice

Découvrez Factice, le label d’expression francophone d’Igloo Records.
Toujours fidèle à son engagement formulé depuis 1978, Igloo Records records ouvre en 2013 ses portes aux artistes qui montent à contre courant de la production majoritaire. A l’heure où les musiciens quittent nombreux le navire francophile, où la diffusion de la langue française doit s’imposer par quota dans les médias et les festivals, il nous apparaît essentiel de renouveler ce soutien envers la musique et les musiciens d’expression francophone.

Quand le naturel n’est plus à la chanson française, nous posons les bases d’un courant factice.

Lien

Lorenzo Di Maio - Black Rainbow - Révélation Jazz Magazine

« L’impression, d’emblée, est celle d’espaces dégagés laissant s’échapper de longues tenues sur des rythmiques tranquilles, voire presque étales. A l’image du design soigné de la jaquette et de plusieurs des titres, c’est le clair obscur qui domine, et avec lui une certaine forme d’intériorité mélancolique (…). A découvrir comme un témoignage supplémentaire de la vitalité créatrice de la jeune scène belge. »
Vincent Cotro

« De jolies surprises »


Lionel Beuvens and MOTU - Earthsong - Jazzaround

Alternent ainsi grooves survoltés parfaitement maîtrisés par le leader, référence à Miles ou certaines ambiances planantes très ECM, dans un bel équilibre entre vigueur des rythmes et beauté des mélodies. Une vraie richesse d’écriture et d’orchestration.

« Une vraie richesse d’écriture et d’orchestration. »

Lien

Recital Boxon - Elle frappe la terre rouge - Telerama

« Leur premier disque livre une poésie viscérale où chansons et spoken words se côtoient et prennent leur élan sur des arrangements slaves. Un vrai cri d’indignation face à un monde en furie, sous forme de contes. A découvrir. »
Marie-Catherine Mardi

« une poésie viscérale »