Puisée à la source d’un jazz traditionnel, la musique du quartet s’offre des détours hors cadre et enrichit son propos de considérations contemporaines subtilement dosées. Les rythmiques témoignent d’un travail complexe sur des structures qui n’optent pas pour la facilité (« Fat Cat »), au service de belles mélodies (« Litlle Boy ») dans un équilibre fragile entre fougue et émotion.

« Une formation solide et aguerrie »

Lien