« Jean-Philippe Collard-Neven compose et improvise, reprend par-ci, par-là une phrase de Mancini ou de Jobim, rappelle autant ses études classiques que son expérience jazz. Et ce voyage musical, cette errance, entraîne l’auditeur dans des rêveries riches de paysages et de couleurs. On n’a parfois besoin que d’un piano, tout seul, pour être heureux. »

« Et ce voyage musical, cette errance, entraîne l’auditeur dans des rêveries riches de paysages et de couleurs. »