« Vive dynamique, émulation dans l’impro et une reprise de The Man Who Sold The World de Bowie soulignent le bel interplay entre le jeu créatif de Maxime Bender au sax et l’aplomb de Laurent Payfert à la contrebasse, autour d »une pulsation solide. »

« Vigoureux et organique »