« Avec la musique pour seule écriture, ils parviennent à créer un langage rebelle, tout en couleurs et en mouvement. Le cri de rage des trois artistes se veut créatif plutôt que destructeur et s’inscrit dans la continuité de leurs prédecesseurs noirs américains du free jazz des années 1960. »

« une ouverture au monde et aux êtres, dans l’esprit libertaire et contestataire du jazz. »

Lien