Ça fait du bien d’écouter un album de jazz contemporain mais qui ne cherche pas à tout prix des sonorités inouïes, qui ne s’éparpille pas en fragments hétérogènes, qui ne se résume pas en un riff de trompette ou un wooing de pédale wah-wah. La musique de Martin Salemi and Co est fraîche, joyeuse, dansante. Ça swingue, ça provoque le sourire même si c’est parfois un sourire nostalgique.

« Il y a du Bill Evans et du Keith Jarrett chez ce jeune musicien (…) à tomber. »