BELEM est un duo formé par Didier Laloy et Kathy Adam, deux musiciens atypiques hors pair qui se connaissent et partagent les scènes depuis de nombreuses années. Ils ont sillonné les routes d’Europe avec la formation Panta Rhei mais également au sein d’autres projets de Didier Didier Laloy Invite…s, [Pô-Z]s, Noir’s et Nonsens.

En savoir plus


LE DUO BELEM
Il aura fallu attendre 23 ans pour que leur complicité soit enfin mise en lumière. Depuis longtemps, le désir de flirter avec la musique de chambre les animait, et sans oublier la part expressive qui les a construit, ils nous offrent aujourd’hui un florilège de compositions au carrefour de leurs expériences. Une musique simple et forte, subtile et surprenante, où les souffles et les silences croisent avec élégance les rythmes les plus fous. Les images se succèdent, s’entrechoquent, se caressent pour nous conduire vers un univers singulier qui se construit tout au long de ce voyage musical. Le plaisir qu’ils prennent à jouer ensemble devient palpable, et alors la maîtrise qu’ils ont de leur instrument, la joie qui émane de leur musique nous emporte et ne nous laisse pas indifférent. Duo doux et audacieux, une rencontre tant attendue de deux artistes généreux.

& THE MEKANICS
Didier Laloy raconte: « Au début de mon parcours artistique, j’ai eu la chance de partager la scène avec de nombreux artistes de talent venant d’horizons différents. Puis, fin des années 90’, fort des enseignements et des échanges avec mes pairs et maîtres musiciens, comédiens, danseurs, chanteurs, j’ai commencé à créer mes propres projets … Ma priorité durant ces années a toujours été de privilégier les rapports humains. Peu importe que mon partenaire soit guitariste, acrobate ou diseur : l’humain faisait que la création était possible et brûlante. Il aura fallu plus de 20 ans pour faire naître le duo BELEM avec Kathy Adam. BELEM est arrivé sans que ni l’un ni l’autre ne si attendent réellement. Cette rencontre humaine et artistique est aujourd’hui ce que je pense avoir créé de plus fort, une musique à la fois intime, intense et bouillonnante. Ces deux dernières années, les programmateurs et le public nous ont superbement accompagné durant plus de 200 représentations. Moi qui en général ai besoin de changer de cap à chaque nouvelle création, il me semblait impossible de ne pas poursuivre cette aventure avec Kathy Adam. Il fallait donc trouver un projet qui puisse me surprendre tout gardant le duo BELEM au cœur de la création. Durant des jours et des nuits à rêver à mon futur artistique, des dizaines d’idées se sont croisées, entrechoquées et complétées. Une image revenait en permanence : «un orchestre mécanique» pour accompagner BELEM ! J’ai donc investigué dans cette direction, partant à la recherche d’orgues de barbarie, de pianos mécaniques, de boîtes à musique… C’est en recontactant Jacques Pirard, un ancien ami musicien, que mon envie a commencé à sembler possible. En effet, Jacques écrit, compose et perce des petits trous pour faire jouer une magnifique petite boîte à musique. «Mon premier partenaire était donc trouvé ! Le reste semblait beaucoup plus compliqué, voire impossible à mettre en place de manière rationnelle, jusqu’au jour de ma rencontre avec Walter Hus. Ma visite dans son laboratoire organique philharmonique fut incroyable, mon rêve d’orchestre mécanique était non seulement là devant mes yeux, mais en réel, en plus grand, plus fou et encore plus beau ! Tout n’était pas encore fait, il fallait évidemment que l’humain et que l’envie commune et indispensable à la création soient présents, et ce fut le cas. Walter et moi partageons une même folie créatrice, qui nous a fait l’effet d’un tourbillon rendant le doute impossible. Ce projet fou et démesuré devait se réaliser. Je dis « fou et démesuré » car la gestion technique de notre folie dé- passe de loin mes créations habituelles. L’instrument imaginé et construit par Walter Hus et la société Decap est réellement incroyable, démesuré, mais aussi génialissime. Cet instrument composé de tuyaux, de câbles, de lames métalliques et en bois, de percussions et encore d’autres choses est capable à lui seul de reproduire les sons de tout un orchestre. Decap et Walter ont travaillé des années pour apporter à des instruments mécanisés le souffle du flûtiste, la souplesse du batteur, la virtuosité du plus virtuose des musiciens chinois. Le résultat est à couper le souffle, Walter et moi avons composé et arrangé une musique insolite, métissée entre musique populaire, contemporaine, cinématographique… une musique aux saveurs felliniennes !

INSTRUMENTATION « DECAP »
Dans les années 50, 60 et 70, les orgues de danse automatisés (limonaires, orgues Decap ou Mortier) étaient immensément populaires dans les cafés et les salles de danse en Belgique, en Hollande et dans le Nord de la France. Tout comme les pianolas, ces orgues imposantes théâtrales étaient commandées par des cartes perforées. Ils jouaient les tubes du moment pendant que la bière coulait à flots. À l’arrivée du Jukebox, beaucoup de ces instruments ont été mis à la décharge ou pour les plus chanceux, dans des musées. Aujourd’hui, ces orgues sont de retour, sous une forme High-Tech. Dans Belem & The MeKanics, l’instrumentation Decap utilisée se présente comme un ensemble orchestral de tuyaux d’orgues acoustiques, d’accordéons et d’instruments de percussion, jouant tout seul, commandé par un ordinateur et un logiciel de musique. Les valves de l’orgue, les touches de l’accordéon chromatique, chaque petit marteau, chaque bâ- ton de percussion réagit à la milliseconde près aux impulses ordonnées par le compositeur depuis son ordinateur. Même la pression du vent dans les tuyaux d’orgues individuels est contrô- lable de façon détaillée. On dirait un gigantesque synthétiseur en bois, permettant un puissant travail de modulation sur le son, mais cette fois-ci pas un son généré de façon électronique mais un son acoustique et organique. L’instrumentation Decap est l’œuvre d’une vie de la firme Decap de Herentals, Belgique. Poursuivant une tradition familiale centenaire dans la fabrication d’orgues de danse automatisés, Tony et Frank Decap combinent le savoir-faire artisanal de leurs ancêtres avec la technologie de pointe d’aujourd’hui. Ils ont créé un tout nouvel environnement instrumental, prêt à être exploré par les musiciens d’aujourd’hui.

Fermer